AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

+ artemisia beatrix walsh (partis temporus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: + artemisia beatrix walsh (partis temporus) Mer 26 Juil - 11:35

Code:
<br><link href="https://fonts.googleapis.com/css?family=Rancho|Satisfy|Farsan|Princess Sofia" rel="stylesheet"><div class="fonddetoutca"><img style="text-align: center;width: 550px;position: relative; top: -20px;" src="http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482163302-hautcat.png" />

<center><table><td><div class="description"><div style="width: 200px; height: 320px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2017/30/3/1501067530-katie-mcgrath-katie-mcgrath-11790647-200-320.jpg);  background-repeat: no-repeat; margin-left:0px;"><div class="survol_1"><div class="titrePRfiche">Take off your mask</div><div class="infoptprof">Le jour de ma naissance, le [b]27 avril 1970[/b], à [b]Llanfair­pwll­gwyn­gyll­go­gery­chwyrn­drobwll­llan­tysilio­gogo­goch[/b], mes parents m'ont nommé [b]Artemisia[/b]. Oui, c'est un prénom bizarre, mais je m'y suis habitué au fil des années.  Je suis [b]britannique[/b]. Comme tous les sorciers, je suis allé chercher ma baguette magique chez Ollivanders. La baguette qui m'a choisi, [b]décrire la baguette [i](bois, élément, mesure)[/i][/b]. Grace à cette baguette, j'ai pu accéder à une école de sorcellerie. J'ai appris à lancer un patronus. D'ailleurs, mon animal est [b]animal du patronus[/b]. Mon épouvantard ? Je n'aime pas le dire, mais puisque j'y suis obligé, c'est [b]dire votre épouvantard[/b]. Pour vivre, il me faut des gallions. Et en parlant de gallions, je suis actuellement [b]métier[/b]. J'étais à [b]maison[/b] durant ma scolarité. Pour finir, on me décrit souvent étant : [b]qualité, qualité, qualité, qualité, qualité, qualité, qualité, qualité, défaut, défaut, défaut, défaut, défaut, défaut, défaut, défaut[/b]. Sinon, je me vois bien dans [b]groupe souhaité[/b].</div></div></div></div></td><td><br><div class="prenomname">Artemisia Beatrix Walsh</div><div class="celbpt">feat. Katie McGrath</div><div class="titrePRfiche">This is question time</div><div class="fondquestions"><div class="deffquestions"><br>[color=#635856]ǀ. Quel camp servez-vous ? Pourquoi ?[/color] Réponse ici
[color=#635856]ǀǀ. Avez-vous confiance en votre camp ?[/color] Réponse ici
[color=#635856]ǀǀǀ. Que pensez-vous du triomphe de Lord Voldemort ?[/color] Réponse ici
[color=#635856]ǀV. Croyez-vous au bien et au mal ?[/color] Réponse ici
[color=#635856]V. Pensez-vous que le bien peut de nouveau triompher ?[/color] Réponse ici</div></div><div class="creditsPT">©️ Fiche codée .LAUFEYSON</div></td></table>

<div class="citvoldytiff">״ citation qui fait perdre les cheveux à voldemort ״</div>
<div class="titrePRfiche">il était une fois...</div><div class="fondhistouare"><div class="hbashistouare">Post haec Gallus Hierapolim profecturus ut expeditioni specie tenus adesset, Antiochensi plebi suppliciter obsecranti ut inediae dispelleret metum, quae per multas difficilisque causas adfore iam sperabatur, non ut mos est principibus, quorum diffusa potestas localibus subinde medetur aerumnis, disponi quicquam statuit vel ex provinciis alimenta transferri conterminis, sed consularem Syriae Theophilum prope adstantem ultima metuenti multitudini dedit id adsidue replicando quod invito rectore nullus egere poterit victu. Post haec Gallus Hierapolim profecturus ut expeditioni specie tenus adesset, Antiochensi plebi suppliciter obsecranti ut inediae dispelleret metum, quae per multas difficilisque causas adfore iam sperabatur, non ut mos est principibus, quorum diffusa potestas localibus subinde medetur aerumnis, disponi quicquam statuit vel ex provinciis alimenta transferri conterminis, sed consularem Syriae Theophilum prope adstantem ultima metuenti multitudini dedit id adsidue replicando quod invito rectore nullus egere poterit victu. Post haec Gallus Hierapolim profecturus ut expeditioni specie tenus adesset, Antiochensi plebi suppliciter obsecranti ut inediae dispelleret metum, quae per multas difficilisque causas adfore iam sperabatur, non ut mos est principibus, quorum diffusa potestas localibus subinde medetur aerumnis, disponi quicquam statuit vel ex provinciis alimenta transferri conterminis, sed consularem Syriae Theophilum prope adstantem ultima metuenti multitudini dedit id adsidue replicando quod invito rectore nullus egere poterit victu. Nohodares rege finitimis conlimitiis adducta Nohodares quidam incursare incessunt a conlimitiis rege re subita nos in Mesopotamiam incessunt iuvant locum e rege inligato copia sollicite quadam copia per finitimis perrupturus Mesopotamiam adducta bellis bellis usquam locum subita numero incursare finitimis rege rege copia finitimis a suis incessunt conlimitiis Mesopotamiam usquam iuvant mente bellis numero adducta perrupturus repperisset quidam subita vi numero moventem versabili nomine Nohodares finitimis gentes quae per dederit re nos quae Isauriam nostra versabili repperisset rege Isauriam incessunt et locum Mesopotamiam arma usquam versabili et saepe nos saepe et Persarum quotiens nostra Isauriam numero usquam vi hostiliter numero. Nohodares rege finitimis conlimitiis adducta Nohodares quidam incursare incessunt a conlimitiis rege re subita nos in Mesopotamiam incessunt iuvant locum e rege inligato copia sollicite quadam copia per finitimis perrupturus Mesopotamiam adducta bellis bellis usquam locum subita numero incursare finitimis rege rege copia finitimis a suis incessunt conlimitiis Mesopotamiam</div></center>

<center><div class="titrePRfiche">Toi, et rien que toi</div><div class="fondtoitoimontoit"><table><td><img src="http://33.media.tumblr.com/fe38632c0a63c101815a3907eb7347d5/tumblr_nobjj0IjbZ1tfde17o1_500.gif" class ="avatar100"></td><td><div class ="textefiche">En réalité, je m'appelle [b]Lilany[/b], et j'ai [b]22 ans[/b]. J'ai découvert Partis Temporus via [b]Stanislas Breckenridge qui m'en a fait la pub  :lol: [/b] pour mon plus grand bonheur. J'ai pris [b]Katie McGrath[/b] comme avatar et je remercie [b]bazzart[/b] pour leurs créations que je me permets d'utiliser. Si je vous dis [i]Dragées Surprises de Bertie Crochue[/i], vous me répondez ? [b] Dragées Verts à la morve de Troll. [/b]. Vous voulez dire quelque chose ? [b]Ravie de vous connaître et de commencer mon aventure parmi vous.  :coeur:   :happy: [/b].</div></td></table></div></center>

<img style="text-align: center;width: 550px;position: relative; top: -2px;" src="http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482163309-bascat.png" /></div><br>

avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 22
Localisation : on a rainbooow

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: + artemisia beatrix walsh (partis temporus) Jeu 28 Sep - 1:12

Entête :

Le jour de ma naissance, le 27 avril 1970, à Llanfair­pwll­gwyn­gyll­go­gery­chwyrn­drobwll­llan­tysilio­gogo­goch, mes parents m'ont nommé Artemisia. Oui, c'est un prénom bizarre, mais je m'y suis habitué au fil des années. Je suis britannique. Comme tous les sorciers, je suis allé chercher ma baguette magique chez Ollivanders. La baguette qui m'a choisie est en bois de Pin, mesure 28,5 cm et contient un ventricule gauche de coeur de dragon. Grace à cette baguette, j'ai pu accéder à Poudlard. J'ai appris à lancer un patronus. D'ailleurs, mon animal est le corbeau, symbole de la manipulation, la tromperie, le pouvoir de la perception, de la création et de l'intuition prophétique. Ce n'est pas un animal avec lequel Artemisia se sent pourtant proche mais il représente bien sa façon d'être, son soi intérieur. Mon épouvantard ? Je n'aime pas le dire, mais puisque j'y suis obligé, c'est le moldu sociopathe qui l'a agressée durant son enfance alors qu'elle s'était perdue dans Cardiff. Pour vivre, il me faut des gallions. Et en parlant de gallions, je suis actuellement chef du bureau international des lois magiques au département de la coop. magique internationale. J'étais à Serpentard durant ma scolarité. Pour finir, on me décrit souvent étant : ambitieuse, patiente, déterminée, loyale, intuitive, prudente, observatrice, ingénieuse, créative, hypocrite, méfiante, paranoïaque, manipulatrice, égoïste, froide, hautaine, revencharde, obstinée. Sinon, je me vois bien dans Servants of Darkness.

avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 22
Localisation : on a rainbooow

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: + artemisia beatrix walsh (partis temporus) Jeu 28 Sep - 1:12

Questions :

ǀ. Quel camp servez-vous ? Pourquoi ?
Je sers le camp du Ministère et de Lord Voldemort. Mon éducation s’est faite avec l’idée qu’ils n’ont pas leur place dans notre monde et tous les Walsh croient à la suprématie des sorciers et à la supériorité du sang-pur. D’ailleurs, le fait que nous ne soyons que sang noble n’est pas pour nous plaire. Le régime du Grand Protecteur annonce donc un changement bénéfique pour notre communauté puisqu’il permettra aux racines souillées de pouvoir être purifiées. En revanche, je reconnais qu’il est exagéré de persécuter les moldus et de vouloir les exterminer. Je pense que dresser des barrières et ne plus jamais en entendre parler dans notre société suffit amplement. Pourquoi vouloir faire un massacre auprès d’êtres inférieurs tels qu’eux ? On ne touche pas aux déchets, on les laisse pourrir loin de nous. Ceci dit, je ne suis pas contre pour en faire baver aux rebelles nés-moldus (les torturer et les tuer ne me dérangerait pas) qui, eux, pourraient nous donner du fil à retordre. Je me montre intolérante envers les fauteurs de trouble de ce que je considère comme étant ma propre justice.

ǀǀ. Avez-vous confiance en votre camp ?
Dans la globalité, je dirais que j’ai effectivement confiance en mon camp et que je sais qu’il nous mènera vers une société prospère et favorable aux générations futures de sorciers. Il nous promet un avenir radieux, loin de ces insectes que sont les moldus et leurs progénitures qui se prétendent être des sorciers mais qui ne sont que des usurpateurs. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas pour autant d’accord avec l’ensemble des méthodes employées contre nos ennemis les moldus. mais avant que vous ne pensiez que je puisse ressentir la moindre compassion pour eux, je préfère vous arrêter : je me fiche éperdument de leur funeste sort. C’est avant tout pour la grandeur du sorcier que je pense qu’il y a des manières spécifiques d’agir pour nous en débarrasser définitivement. Cela aiderait notre gouvernement à convaincre le sorcier moyen. Les kidnapper pour effrayer les nés-moldus et les contraindre à se soumettre est une bonne initiative mais aller plus loin alors que la solution la plus efficace serait de tout simplement chasser les mauvaises racines. Par ailleurs, je me fiche du secret magique, nous n'avons pas à nous cacher face à eux, ils peuvent connaître notre existence mais ils doivent bien comprendre qu'une barrière doit être dressée entre nos mondes et qu'ils n'ont pas à se lever contre nous. Et s’ils devaient le faire un jour, alors je serai favorable à leur exécution.

ǀǀǀ. Que pensez-vous du triomphe de Lord Voldemort ?
Son triomphe nous permet de nous émanciper de décennies de naïveté et d’une tolérance laxiste qui n’aurait jamais dû exister. L’ordre peut enfin régner, les choses peuvent redevenir telles qu’elles l’étaient auparavant et ce côté conservateur ne nous bridera pas pour autant dans notre évolution. Il faut cesser de croire que les coutumes du passé ne seront pas bénéfiques pour notre avenir. Au contraire, elles sont porteuses de bonne augure. Il est temps de renverser une politique qui ne fonctionne pas, qui nous dénature et qui nous mélange avec des sous-êtres qui ne valent même pas nos orteils. Les jeunes sang-de-bourbe devraient être oubliettés de manière si puissantes qu’ils en oublieraient l’existence de leur faculté à pratiquer la magie.

ǀV. Croyez-vous au bien et au mal ?
La question est vaste. On peut définir une action bonne ou mauvaise qu’en fonction de la raison pour laquelle elle a été faite. La fin justifie les moyens quand des insectes comme les nés-moldus osent s’immiscer dans notre communauté pour renverser nos traditions et souiller nos lignées. Quand ils se tiennent loin de nous, je ne peux prétendre qu’ils soient véritablement le mal en question . Ce serait s’engager sur un jugement trop subjectif. Mais à partir du moment où ils nous nuisent en se faisant passer pour des sorciers, je pense qu’ils incarnent effectivement ce côté maléfique et dangereux à faire disparaître à tout prix. J’ai personnellement la conscience tranquille. Pour moi, il est évident que mes convictions sont bonnes.

V. Pensez-vous que le bien peut de nouveau triompher ? Rien est impossible et c’est pourquoi nous devons rester sur nos gardes et aboutir à une politique efficace qui puisse convertir les sorciers moyens encore sceptiques à notre cause. Plus nous nous ferons d’alliés et moins les rebelles seront puissants. Nous devons continuer d’inspirer la crainte et nous devons rester forts face à l’adversité, sinon, nous risquerons d’être pris par surprise. Après tout, qui s’attendait à une nouvelle ascension du Grand Protecteur ? Fudge ne l’avait même pas senti passer. Il faut se préparer à chaque éventualité tant que le dernier de ces énergumènes pourris jusqu’à la moelle n’aura pas été éliminé.

avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 22
Localisation : on a rainbooow

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: + artemisia beatrix walsh (partis temporus) Jeu 28 Sep - 1:12

Histoire :

Artemisia naquit le 27 avril 1970 à Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch, un tout petit village gallois notamment moldu. Issue de la famille Derfael, elle fut éduquée avec le mépris pour les moldus et tout ce qui pouvait toucher leur univers, que ce soit leur technologie ou leurs croyances. Les Derfael vivaient dans une grande maison, isolée des autres habitations moldues et à la limite du village. Leur maison avait subi des sortilèges anti-moldus et de dissimulation afin d’interdire l’accès à leur domicile à ces intrus qu’ils considéraient comme des moins que rien. Lorsqu’un moldu s’approchait de leur domaine, il apercevait un petit hangar moisi et en ruine et qui était interdit d’accès par de grandes grilles infranchissables.

Son père, Clydwyn Lloyd Derfael, travaillait au Ministère au département de la justice magique en tant que membre du Magenmagot à Londres tandis que sa mère, Ysolte Shirley O’Farrel tenait une herboristerie dans Cardiff et Artemisia avait toujours adoré l’accompagner sur son lieu de travail pour en apprendre plus sur les plantes, les fleurs et la manière de les utiliser en Potions. Dès son plus jeune âge, elle nourrissait donc un grand intérêt pour les Potions et la Botanique et sa curiosité précoce à ce sujet la mena par la suite à exceller dans ces matières avant les autres, à Poudlard.

A l’âge de trois ans, Artemisia eut le plaisir ‒ ou le malheur ‒ de voir naître sa petite sœur Aemilia. Elles vécurent dans la compétition et la jalousie d’être la plus aimée par leurs parents et leurs oncles ainsi que tantes, ce qui fait qu’elles n’ont pas été vraiment proches durant leur enfance. Quand elles ne s’ignoraient pas, elles se lançaient des piques ou bien se jouaient de sales tours, le tout avec ingéniosité et subtilité. En tout cas, Artemisia, de par son statut d’aînée, possédait tout de même une avance sur sa cadette. Pourtant, cette rivalité se construisait sur des similitudes entre elles ; à la base, elles n’étaient psychologiquement pas si différentes l’une et l’autre et elles avaient été façonnées avec la même éducation. On leur avait appris à prôner la supériorité des sorciers et à convoiter la pureté de leur sang qui avait été malheureusement souillé par d’anciennes erreurs remontant à plus d’une dizaine de générations antérieures. Jamais on ne les avais permises de quitter le domaine des Derfael pour une promenade dans Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch. C’était bien trop dangereux, disait leur mère. Les moldus étaient des créatures maléfiques et dégoûtantes dont on se passerait parfaitement de leur existence. Il fallait s’en tenir éloigné et ne jamais tomber sur l’un d’eux. Du côté de notre héroïne, cela ne lui posait pas de problème puisqu’elle était assez renfermée mais Aemilia, un peu plus téméraire, se sentait tout de même trop bridée dans sa liberté. Elle n’en fit pas une histoire pour autant même si elle se permettait quelques excursions prohibées pendant que ses parents travaillaient et que la domestique était trop occupée à se disputer avec une Artemisia un peu trop capricieuse. Et c’est sans doute ces sorties qui ont changé une part d’Aemilia dans sa manière d’appréhender le monde moldu. En grandissant, l’une et l’autre marquaient particulièrement leurs différences comportementales mais personne ne s’en rendait compte. Artemisia était une enfant très intuitive, qui croyait un peu aux signes du « destin » et qui créaient d’elle-même des relations de cause à effet des choses en général en fonction de ce qu’elle percevait de l’environnement. Elle pensait même pouvoir pressentir les choses qui allaient survenir.

Ce qu’elle n’avait toutefois pas venu venir fut son agression, à l’âge de sept ans et demi, en plein cœur de Cardiff lorsqu’elle accompagna sa mère dans un petit quartier sorcier avec sa soeur. Mais avant d’y parvenir, elles avaient dû passer par ceux des moldus et la grande foule qui se déplaçait autour des magasins et des restaurants finit par la séparer de sa mère. Perdue au beau milieu de ces personnes qu’elle pensait fermement méprisantes, elle avait paniqué et un homme ayant un peu moins de la trentaine, à l’allure austère et inquiétante l’avait pris par la main. Elle s’était débattue mais une enfant comme elle n’avait tout simplement aucune chance face à quelqu’un qui faisait plusieurs fois son gabarit. Il l’avait donc emmenée à l’écart de la masse, la traînant vers une ruelle tout en la traitant avec violence. Les forts coups la marquèrent et la firent crier et pleurer tandis ce sociopathe en prenait du plaisir. Et lorsqu’il fut sur le point de passer à la vitesse supérieure pour l’agresser sexuellement après avoir arraché une bonne partie de ses vêtements, sa peur stimula la magie qui sommeillait en elle et elle fit léviter son agresseur en l’air avant qu’il ne soit violemment projeté en arrière contre le mur d’en face. L’impact fut si puissant qu’Artemisia pouvait encore jurer aujourd’hui avoir entendu quelques os se briser. Il était ensuite retombé au sol, complètement assommé. Artemisia avait ensuite fui les lieux et après de longues minutes de course, la police moldue l’avait recueillie mais avant qu’elle ne soit emmenée au poste, sa mère avait fini par la retrouver et elle oublietta les fonctionnaires.

Cet épisode la traumatisa tellement qu’elle se referma encore plus sur elle-même et que ses rêves tournaient quasiment tous les soirs en cauchemars. Elle prenait des potions de somnifère pour échapper à ses insomnies et d’autres pour apaiser son sommeil mais ce n’était parfois pas suffisant. Aujourd’hui encore, elle en demeure perturbée à tel point que son épouvantard prend la forme de ce moldu qui lui avait pourri une partie de son enfance. Sa haine des moldus s’était intensifiée et elle voulait leur mort à tous durant ses années à Poudlard. Répartie à Serpentard avec la plupart de ses amis d’enfance, elle passa beaucoup de temps à se défouler sur les élèves nés de parents moldus. Elle trouvait cela amusant mais c’était surtout une façon pour elle de se venger de son agression. Cette histoire la poursuivait dans tout son quotidien et elle n’en avait parlé à personne, ce qui la contraignait à devoir mener une vie tout à fait normale auprès des autres pour ne pas éveiller les soupçons. Ses années dans cette école furent les meilleures de sa vie, loin du monde moldu et entourée par toute cette magie qui lui était si bénéfique et qui l’occupait la plupart du temps, loin de ses pensées mornes et mélancoliques. Elle eut beaucoup de mal à se laisser approcher par les garçons, ses souvenirs la rappelant sans cesse qu’une femme pouvait être vulnérable face à un homme. Même munie de sa baguette, elle ne se sentait pas vraiment en sécurité. Ce fut d’ailleurs à partir de ses treize ans qu’elle développa une forme de paranoïa et un trouble obsessionnel compulsif comme celui de toujours vérifier d’avoir bien fermé les portes derrière elle.

Particulièrement talentueuse en Botanique, Potions et Métamorphose, elle s’attirait l’attention de ses enseignants et même si elle n’était pas la meilleure élève de sa promotion, elle restait une élève attentive et brillante. Elle ne fréquentait pourtant pas souvent la bibliothèque mais elle possédait une grande facilité pour retenir les cours par cœur. En troisième année, elle découvrit une quatrième matière dans laquelle elle excella également : la Divination. La jeune fille vouait un grand intérêt et une curiosité peu commune pour ce domaine qui n’était pas vraiment apprécié par la majorité des personnes. Son professeur lui détecta de grandes capacités pour le don de la double-vue et lui assura qu’elle n’était pas loin de pouvoir devenir un jour une très bonne voyante. Elle possédait une grande sensibilité pour les signes, la symbolique de tout ce qu’elle apercevait dans les feuilles de thé ou dans sa boule de cristal. Parfois, elle avait l’impression de faire des rêves prémonitoires. En souhaitant faire des recherches plus approfondies sur le sujet lors de sa septième année, Artemisia alla jusqu’à s’infiltrer dans la réserve afin de pouvoir se procurer des livres plus poussés à ce propos. Mais sa curiosité sans fin pour les domaines interdits à Poudlard la mena à étudier au fur et à mesure des thèmes plus sombres et qui n’avaient pas forcément de rapport avec la Divination. Les ouvrages qu’elle consultait contenaient notamment des horreurs à propos de potions terrifiantes ou des rituels à en faire des cauchemars la nuit. Pourtant, cela l’avait bien vite fascinée et elle se souvenait que trop bien de la bibliothèque de sa famille à laquelle elle n’avait jamais pu y avoir un accès complet parce qu’elle contenait également des livres malsains que ses parents avaient ensorcelé de sorte à ce que ni elle, ni sa sœur ne puissent les lire au vu de leur jeune âge. Cette nouvelle passion pour l’étude de la magie noire lui prenait beaucoup de temps et elle ne s’était jamais sentie aussi sereine que durant cette période où elle pensait bien plus à ses livres empruntés illégalement plutôt qu’à ses soucis psychologiques.

Après avoir brillamment obtenu ses ASPICs, Artemisia s’orienta vers des études en droit international magique pendant cinq ans. Entre temps, elle s’était rapprochée d’Aemilia qui, mystérieusement, s’était adoucie à son égard alors que leurs relations s’étaient dégradées à Poudlard sous le nombre important de sales coups qu’elles se faisaient l’une à l’autre. A la différence d’elle, Aemilia souhaitait faire carrière dans le médical, préférant se rendre utile auprès des autres plutôt que d’entamer ce qu’elle appelait « une profession ennuyante auprès d’hypocrites ennuyants ». En soi, elle n’avait pas vraiment tort…

Une fois ses diplômes en poche et après des mois de stage accomplis, elle trouva un poste au département de la coopération internationale. Elle ne possédait pas énormément de responsabilités pour commencer mais elle satisfaisait toujours les demandes de ses supérieurs avec efficacité. Ses ambitions personnelles de grandeur la poussèrent à faire de son possible pour grimper les premiers échelons même si, quelques fois, il lui arrivait de minauder et de flatter ses supérieurs pour obtenir la promotion qu’elle souhaitait. Ce n’était parfois pas une tâche difficile que de devoir se démarquer parmi les autres et elle usa de nombreux stratagèmes et même de magie noire ‒ qu’elle avait commencé à pratiquer pendant ses études supérieures ‒ pour écarter certaines personnes de son chemin vers la reconnaissance professionnelle. Bien que très carriériste, cela ne l’empêcha de nouer de nombreuses relations notamment sentimentales avec à la fois les femmes et les hommes. Au départ, il ne s’agissait que de simples relations sans sérieux puisque le traumatisme de son enfance la perturbait toujours dans ses approches et elle se méfiait facilement de tout et de n’importe quoi. Il lui arrivait de craindre que l’on vienne l’agresser lorsque l’on venait la draguer. Toutefois, un bon travail sur elle-même lui permit, à l’âge de vingt-cinq ans, de se marier avec Asling Theodore Walsh, un jeune entrepreneur plus âgé qu’elle d’un an qui venait de reprendre son entreprise familiale qui exportait des chaudrons et autres ustensiles de potions d’excellente qualité et peu accessibles au public moyen à l’étranger. Cette affaire leur rapportait beaucoup d’argent et de quoi pouvoir se permettre d’acheter un manoir ainsi que le domaine qui l’entourait dans le sud de l’Angleterre. Ensemble, ils eurent un garçon un an après leur mariage qu’ils appelèrent Ethan. Ils semblaient vivre le bonheur absolu et Asling offrait à Artemisia tout ce dont elle pouvait rêver, en plus de lui faire oublier un peu le sombre souvenir de son enfance. De plus, ils vivaient durant la période de la seconde ascension du Seigneur des Ténèbres. Ils n’attendaient plus que le jour où il prendrait officiellement le pouvoir et lorsque ce jour arriva, ils furent fiers de servir la nouvelle politique qui sauverait le monde des sorciers.

Malheureusement, lors de la bataille de Poudlard qui opposa Harry Potter à Lord Voldemort, Asling ‒ s’étant converti en tant que Mangemort six mois auparavant ‒ perdit la vie lorsqu’il tenta de s’en prendre à une élève de l’école qu’il pensait être une ennemie de son camp. Le père de cette gamine, Stanislas Breckenridge, la défendit en s’en prenant à son agresseur. Les deux ans qui s’en suivirent signèrent un allez simple vers la dépression pour Artemisia qui perdit goût à la vie mais qui s’y accrocha tout de même pour subvenir aux besoins de son fils. Quelques mois après le décès de son mari, elle apprit également la mort de l’une de ses meilleures amies, abattue par un rebelle du système et, par gratitude et respect envers les dernières volontés de celle-ci, Artemisia décida d’adopter sa fille, Lynn Eugenia Sawyer, pour lui éviter le calvaire de l’orphelinat. Ces deux pertes l’enfonça dans la haine, le chagrin et la rancœur et elle pensa plusieurs fois au suicide mais son entourage ‒ Aemilia la première ‒ avait fini par la raisonner et elle tint notamment bon grâce à la présence de ses deux enfants. Elle se jura de faire souffrir celui qui avait ôté la vie d’Asling dont elle prit connaissance de l’identité par le biais d’un Mangemort qui avait vu la scène de lui-même à Poudlard.

Aujourd’hui, elle s’est repris en main, continuant d’exceller dans sa profession bien que demeurant une personne assez mélancolique sur les bords et qui était capable de le dissimuler parfaitement derrière de parfaits faux sourires. Après tout, le milieu du Ministère était hypocrite, comme le lui disait souvent Aemilia. Pour donner plus de vie à son habitation, elle prit l’initiative de changer la décoration de tout son manoir, de développer son jardin qui constituait sa propre herboristerie qui lui servait de réserves pour la préparation de nombreuses potions dont elle avait le secret et le talent. Pour apporter plus de vie dans son quotidien, elle entama un élevage de quatre colibris et d’une tarentule qui faisait partie des animaux qui la fascinaient le plus. Tout ceci lui a permis de retrouver de l’ordre dans son quotidien même si elle était parfaitement consciente du fait que les blessures de son passé ne se refermeraient jamais et qu’elle devrait vivre avec. Les traces ne s’effaçaient pas et pour preuve, elle restait toujours aussi paranoïaque, prudente et trop méfiante.

avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 22
Localisation : on a rainbooow

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: + artemisia beatrix walsh (partis temporus)



Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

+ artemisia beatrix walsh (partis temporus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
killed your light. :: LILANY. ♡ CHRISTELLE. :: ♑ PRÉSENTATIONS-